Préparer son chien à la confirmation

La France a cette spécificité qu’un chiot part de l’élevage avec un CERTIFICAT DE NAISSANCE qui trace sa généalogie. Pour autant, il n’est pas apte à transmettre cette généalogie par une inscription de sa descendance éventuelle au LIVRE DES ORIGINES FRANCAISES (LOF)

Pour se faire, il doit obtenir au préalable un PEDIGREE DE REPRODUCTEUR via l’examen de la confirmation.

Outre la capacité à devenir « reproducteur », la présentation de votre chien à la confirmation est aussi intéressante pour l’éleveur : cela lui permet d’avoir un premier retour (minime) sur la qualité de sa production.

Les chiots de la première portée de Riona arrivent bientôt en âge d’être confirmés (12 mois révolus) et donc il est temps de commencer leur préparation : je profite des vacances de Tessa à la maison pour vous partager ma façon de faire.

Le test

Tessa a eu l’opportunité de démarrer ses vacances par une exposition canine ! Une bonne façon de démarrer la préparation… Ou pas ! On a un peu démarré par la fin !

Qu’est-ce que c’est que ce monsieur qui veut me toucher ? Me regarder les dents ? Et m’approche avec des instruments que je ne connais pas ???? C’est trop trop bizarre !

(En commentaire de la publication, vous avez la vidéo)

La toise

Du coup, au retour, on a commencé à mettre la toise près de la gamelle quand on mange, puis je l’ai « promenée » près d’elle pendant qu’elle mangeait pour démarrer une association positive entre l’objet et l’émotion associée.

Puis je l’ai sortie du contexte comme je vous avais déjà présenté : aujourd’hui, ça fait donc moins d’une semaine qu’on s’entraîne et déjà on est plus à l’aise !

« Voyons ? On se mesure ? »

Les dents

De la même façon, de manière aléatoire dans la journée, je lui touche le museau, les babines, je soulève, je « bloque » entre mes mains de manière furtive ou plus affirmée etc. Et chaque fois c’est un jeu, à grand renfort de renforcement (friandise ou récompense sociale – selon le moment)

Avec moins d’une semaine d’entraînement ça y est : on peut déjà regarder les quenottes !

« Voyons ? On regarde les dents ? »

Pourquoi a-t-on fait ça dans le couloir ?.. Rappelez-vous : tous les apprentissages se travaillent en « 3D » Durée – Distance – Distraction alors quand on commence quelque chose de relativement nouveau, on le fait dans une zone à faible distraction !

Un entraînement à entretenir !

Tout ça c’est bien mais ce sera aux propriétaires de Tessa de poursuivre jusqu’au jour J ! Et de compléter son entraînement pour que tout se passe sereinement le jour J

A compléter : la lecture de la puce

La lecture de la puce, c’est amener un « objet » près du cou du chien, de côté. Un chien n’aime pas ce qui arrive de côté, c’est pas franc comme approche ! (C’est idem avec la toise) Alors il faut l’habituer !

Perso, je travaille ça avec une cuillère ou la télécommande. Comme pour les dents.

« Voyons ? On lit la puce ?… Ouiiiiiiiiiii !!! Oooh quel bon chien meugnon ! »

Se faire tripoter par un étranger

Autant pour les dents, vous pouvez montrer. Autant pour la toise, puce, vérification de la ligne de dos & de la présence des testicules…. Va falloir se laisser toucher par un inconnu !

Profitez de vos balades pour demander aux gens, sur votre autorisation, de toucher le chien !.. A charge pour vous de conserver sa confiance et attention focalisées sur vous !

Pourquoi ces « Voyons ? On fait ceci ? » pour préparer son chien à la confirmation ?

Tout simplement parce que le jour J, quand vous allez dire « on lit la puce », le chien saura qu’on va approcher un truc près de son cou ! Et que c’est ok, ça ne fait pas peur ! Vous aurez développé sa confiance et vous aurez mis un « marqueur » là dessus qui va vous aider à vous replacer dans ce contexte.

La bonne nouvelle ?… Si jamais vous décider de sortir un jour en expo canine : vous aurez déjà une première base !… Pas tout mais déjà un peu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.