You are currently viewing Adopter un chiot

Adopter un chiot

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Général

Elevage ou « rescue »

Déjà, il y a les « rescue » : ces chiens de quelques mois, quelques années qui ont besoin d’une nouvelle maison, pour une raison X ou Y.

Chez le braque, considérant que ce n’est pas le chien le plus facile au monde, il y en a beaucoup !! Alors oui, ce peut être une option si votre résilience est suffisante.

Où se renseigner pour adopter un braque de Weimar « rescue » ?

L’Amicale des Propriétaires de Braques de Weimar relaye les annonces qui sont portées à sa connaissance. 

Là où il y a des chiots dispo n’est pas toujours le meilleur choix

Passion Spitz Loup relaye également des annonces de spitz-loups. Moins d’activités car (heureusement) moins de chiens concernés… Mais malheureusement aucune race n’est épargnée.

Le site de la SPA peut également être une bonne source, malheureusement.

Et enfin, les sites de petites annonces et les associations près de chez vous.

Et en élevage ?

Si vous désirez absolument un bébé et pas un chien ayant déjà un passif, alors il faudra se tourner vers un élevage ? Mais lequel ?

Où se renseigner pour adopter un spitz-loup « rescue » ?

Bien souvent, dans les « bons » élevages, les chiots sont réservés bien avant leur naissance !

Mais c’est quoi, un « bon » élevage ?

Il s’agit là de ma définition, elle m’est propre, c’est mon avis personnel… Mais je vous le partage.

 

Un bon élevage pour moi oeuvre sur 3 axes : la MORPHOLOGIE, le CARACTERE et la SANTE

Un bon élevage oeuvre pour l’amélioration de la race plus que pour celle de ses fins de mois.

 

Les chiennes y sont respectées et ne portent pas à chaques chaleurs (1 à 2 périodes « blanches » sont laissées entre chaque portée pour permettre à la chienne de se remettre, surtout si la portée a eu de nombreux chiots). 

 

Evidemment, l’éleveur ne fait pas 36 races et n’a pas non plus des tonnes de reproducteurs. Il ne fait pas non plus 3 portées en même temps, de manière à avoir du temps à consacrer à chaque chiot né chez lui.

Les reproducteurs sont sélectionnés avec soin, selon ces 3 axes. Tous les tests ADN sont réalisés pour le dépistage des problèmes de santé et éventuellement pour prouver la parenté des parents, puisque maintenant, à cause de certains, il faut démontrer qu’on n’est pas un voleur…). Les reproducteurs peuvent être champions, mais ce n’est pas le seul critère pris en compte.

 

L’éleveur est transparent sur sa politique de sélection et il n’hésite pas à parler ouvertement des problèmes existants dans la race (preuve qu’il les connait et en tient compte)

 

L’éleveur assure la socialisation des chiots, ils ne sont pas élevés en « fond de grange » ou « à la nurserie » mais sont intégrés à la vie courante de la famille.

 

Pour le départ des chiots, entre 10 et 12 semaines facilement… On s’aperçoit maintenant que 8 semaines, c’est trop peu pour la socialisation..! Evidemment avec mise en présence d’adultes, la mère au minimum.

 

Et évidemment aussi, l’éleveur gère ses retraités, il ne s’en débarrasse pas sitôt la fin de « productivité » mais s’occupe d’eux jusqu’à la fin de leur vie.

 

L’éleveur sélectionne les adoptants et les guide dans le choix du chiot qui leur convient le mieux.

Il assure un suivi après la vente.

 

« Cerise sur la gâteau », en cas d’accident de la vie, il répond présent pour aider au replacement du chien.

Je rêve ?… 

Non, c’est une réalité : des élevages comme celà, il en existe !

Mais évidemment, ce ne sont pas ceux qui font fortune !… 

 

En 2019 pendant le confinement, j’ai écrit un livret que j’ai mis à disposition sur DogEduc. Mais ayant arrêté cette activité, je vous remets ici le livret en consultation / téléchargement