You are currently viewing Il était une fois…

Il était une fois…

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Général
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
Ensuite il a fallu attendre 2007 pour la première portée, le temps pour Engel de grandir, se développer. Pour moi de vérifier que tout allait bien se passer, que tous les tests étaient OK, etc.  Engel & Well, mes premiers partenaires d’aventure

2007 : l’année des C

C’Sam, Cheyenne, Cléo, Cachou, Crash, Câlin, Chipie Lou 

2009 : l’année des E

Elfy, Elenwë, Epice, Earley, Eiko, Enya et Erwin

2010 enfin, l’année des F et dernière portée d’Engel & Wellington 

Fibule, Féline et FujiSan

Retraite bien méritée pour Engel et mise en stand-by de l’élevage jusqu’à 2020 et l’adoption de Riona… 2021, 2022…

2022 : L’ANNÉE DES T

C’est reparti pour de nouvelles aventures et une nouvelle Tribu 🙂 

Quelques mots sur ma philo…

J’ai remarqué au travers de certains commentaires que ma vision n’est pas forcément très « lisible » pour tous, pas si évidente que ça en tout cas… Alors clarifions les choses !

Mon crédo : contribuer (à mon échelle) à l’amélioration de la race

Ceci passe donc, et je pense que ça, ça se voit par la vie avec mes filles que je vous partage, par une excellente connaissance de ses reproducteurs.

Cette connaissance est morphologique, bien sûr mais aussi comportementale et sanitaire. Raison pour laquelle on a participé à des expositions canines, TAN, pour laquelle on a fait tous les dépistages hanches/ADN requis, enregistré l’identification ADN et que j’attends que mes chiennes soient prêtes à la reproduction, pas avant 2 ans en tout cas.

Et tu crois que tu vas améliorer la race ?

Evidemment, ma contribution est minime. Mais j’en suis fière.

Connaissant bien mes reproductrices, l’étape suivante est de choisir le meilleur parti pour proposer un mariage qui apporte quelque chose à la race. Diversité génétique, compensation des défauts, ancrage des qualités, … 

ça ne te coûterait pas moins cher, un étalon local ?

Si, bien sûr, mais ça ne correspondrait plus forcément à ma philosophie… Je suis très sélective.

J’aurais pu aussi « laisser faire la nature », ne pas faire de suivi de chaleurs ou de suivi de la gestation… Mais je veux le meilleur pour mes filles et les petits à naître !.. Et nous avons la chance d’avoir une pointure nationale à seulement 25min de la maison : le Centre de Reproduction Canine du Sud Ouest. Ce sont eux qui nous accompagnent.

Tu crois que les autres éleveurs font tout ça ???

Disons que les autres, je m’en fiche !

Alors oui : la caisse de mise bas est au salon, de manière à pouvoir isoler la chienne en mettant les copains au dodo si nécessaire mais sans la priver de lien social et de support.

Oui : je dors sur le canapé, dans un sac de couchage, « la tête dans la caisse de mise-bas » et ce tant que nécessaire.

Oui : j’ai la chance d’avoir un emploi qui me permet de m’organiser pour rester près de ma chienne autant de temps qu’elle le juge nécessaire.

Oui : je suis disponible pour elle, pour les petits. Je la nourris dans sa caisse si elle préfère, je me lève toutes les 2h s’il le faut, j’assure pour elle la gestion de l’espace pour qu’elle puisse toute entière se consacrer à sa maternité, sans contrainte.

Oui : je suis vigilante aux BESOINS de chacun et j’essaie d’y répondre du mieux que je peux. J’apprends à mes animaux que l’humain est là pour les épauler, qu’ils peuvent lui faire confiance.

Oui : je suis sensible à l’adéquation entre les adoptants et les chiots, raison pour laquelle j’ai tendance à trouver désagréable qu’on me parle « prix » avant toute autre chose. Je recherche des adoptants « pour la vie » et qui sont prêts à s’investir dans une relation, pas juste des acheteurs.

Oui : je ne vous laisse pas choisir le chiot « sur un coup de tête » : je vous fais exprimer vos envies et vous guide vers le chiot qui correspond le plus à vos attentes. Nous choisirons ENSEMBLE lorsque le chien aura grandi.

Oui : je garde les chiots plus de 8 semaines, parce qu’ils ont encore besoin de stabilité, sécurité et de leur mère à cet âge là.

Oui : les chiots vivent AVEC nous, pas dans un parc au fond du jardin.. Quand ils partiront de la maison, chacun aura commencé à vivre certaines expériences (poubelles, bruits étranges, voiture, marché, véto, balades, autres chiens, autres humains, sorties d’école, commerces, etc etc)

Oui : je suis ch**nte (enfin, exigeante) ! Je suis une Eleveuse, pas une simple commerçante.

Il y a vraiment éleveur et éleveur…

Je te remercie Isa pour toutes les vidéos que tu nous montres.
Au delà d’apprécier les bébés J, je me rend compte du boulot pharaonique que cela représente.
Quel engagement!
Même si ça ne me surprend pas de toi puisqu’on se connaît depuis plus de 20 ans. Et je sais que tu ne fais JAMAIS les choses à moitié
Pour moi c’est une leçon de voir tout cela et tout éleveur devrait faire ces petits films pour montrer pourquoi l’adoption est aussi le respect d’un superbe don de soi, qu’un chien n’est pas juste un chien ni un prix derrière il y a un investissement
J’ai entrevu ton homme à plusieurs reprises et lui aussi s’est investi Bravo à vous deux et merci.
D.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.